Au Ghana aussi, les chauffeurs de VTC dénoncent « une exploitation numérique »

Les applications Uber, Yango, Bolt ou First Class taxent à plus de 20 % les conducteurs, qui doivent encore payer la location de leur véhicule et l’essence. La grogne s’organise.